LA GÂTINAISE : origines

Nos anciens ont gardé intacte la mémoire de notre association. C’est ainsi que notre Président d’Honneur, Jean PASSERIEUX, me communique un article pieusement conservé dans ses archives. Merci à lui et merci à l’auteur, Jean-Pierre BARBIER, éleveur bien connu de Gâtinaises.

C’est dans les années 1900 qu’un Aviculteur du nom de Albert RENARD remarqua dans la région du Gâtinais, comprise dans l’Ile de France et l’Orléanais, entre Nemours, Montargis et Sens, qu’il existait dans les fermes une poule qui se reproduisait sous deux variétés de couleurs, ayant toutes deux mêmes forme et poids, mêmes qualités, mais l’une totalement blanche et l’autre herminée (et en nombre inférieur dans les couvées). Les sujets blancs, déjà beaucoup plus prisés des fermiers, attirèrent cet Aviculteur qui s’en procura et en fit la sélection.

               Mr RENARD fut le premier, après quelques années d’efforts, à présenter des sujets blanc pur dans une exposition, sous le nom de « Poule blanche du Gâtinais »… Cela se passait en 1906, à l’exposition nationale de Paris, au Grand Palais. Le jugement de ces premières « Gâtinaises » qui remportèrent un grand succès fut réalisé par Mr Henri VOITELLIER, Juge officiel.

               En 1907, l’année suivante donc, Mr RENARD exposa de nouveau ses poules blanches du Gâtinais qui servirent de type de base pour le premier standard établi lors de cette exposition. Lors de cette manifestation se réunirent également quelques amateurs attirés par la beauté et les performances de cette volaille et il fut projeté de créer un club ayant pour but de mettre en valeur qualités naturelles et mérites de cette poule.

               Parmi ces Amateurs il faut nommer Mr de SAIVILLE, artiste peintre et éleveur amateur qui avait réuni au château de Courbes-Vaux, à Saint Germain des Prés (Loiret) de belles volailles de ce type blanc dont il faisait déjà sélection avec passion. Il faut citer aussi Mr René CAUCURTE, éleveur amateur qui s’était approvisionné auprès de Mr RENARD de quelques reproducteurs qui lui furent envoyés à SAMOIS sur SEINE, en Seine-et-Marne… Il m’est d’ailleurs agréable de préciser ici l’origine seine-et-marnaise de la Gâtinaise…

               Puis les mois passèrent et ce ne fut qu’en 1909 que les choses commencèrent à bouger. Après divers contacts, divers avis et plusieurs rendez-vous infructueux, Mr de SAINVILLE convia ses deux Collègues à se rendre à SENS, en l’Hôtel de l’Écu où, le 9 septembre à 10 heures, fut formé le premier groupement d’éleveurs de Poules blanches du Gâtinais. Il fut donné pour nom à ce groupement : GÂTINAIS CLUB FRANÇAIS (G.C.F).

               La première polémique, des plus serrées, mais restée courtoise, eut lieu à ce rendez-vous avec la Société d’Aviculture de Cher qui revendiquait cette volaille. Le G.C.F., dans un esprit de conciliation, leur abandonna le type herminé dont ils firent la « BOURBONNAISE », étant bien entendu qu’il conservait l’exclusivité du type blanc sous l’appellation « GÂTINAISE » .

               Les statuts du G.C.F. furent alors établis. Les standards Coq et Poule furent ensuite révisés pour y apporter quelques compléments.

               Le standard initial de la GÂTINAISE à cette époque fait état du fait que le Coq a le camail et le dos dorés (reflets pailleux) à l’âge adulte (coloration due au soleil est-il précisé). Plusieurs éleveurs de cette race s’attachent aujourd’hui au maintien de cette prétention que d’autres paraissent abandonner, préconisant un dos blanc et sans reflet.

               Lors de cette réunion il fut également procédé à la mise en place d’un bureau qui eut la composition suivante :

-Président : Mr de SAINVILLE (Elevage de COURBES-VAUX, SAINT-GERMAIN-DES-PRES)

-Vice-Président : Mr Albert RENARD (Aviculteur à LA CELLE SAINT CYR -Yonne)

-Secrétaire : Maître LE PREVOST (Notaire à CHAMPIGNELLES ; Yonne)

-Trésorier : Mr René CAUCURTE (Propriétaire-Eleveur, Moulin de la Madeleine, SAMOIS-SUR-SEINE, Seine-et-Marne.

               En mars 1911 le GATINAIS CLUB FRANCAIS comptait déjà 105 adhérents… C’est également en mars 1911 que le Bureau se compléta de 87 membres du Conseil, portant l’effectif dirigeant à 12 personnes. C’est également en cette année que parut le premier bulletin de liaison qui avait pour nom « LE MONDE AILE ».

Il faut encore préciser que quatre des Membres du Conseil étaient de l’Yonne, que deux autres habitaient Paris et deux autres le Loiret.

Mr René CAUCURTE devint par la suite vice-président de la SOCIETE CENTRALE D’AVICULTURE DE France, Commandeur du Mérite Agricole, Officier du Mérite Agricole de Belgique, Officier du Mérite Agricole d’Espagne.

Quant à Mr RENARD, créateur de cette race, il fut nommé Vice-Président d’Honneur du GATINAIS CLUB DE France.

Jean-Pierre BARBIER

EXPOSITION NATIONALE A COURTENAY

Gilles Marmagne nous informe de la tenue d’une exposition avicole à COURTENAY les 16 et 17 mars 2019. Cette exposition est organisée par le club avicole du Gâtinais.

Pour davantage d’informations cliquez sur le lien ci-dessous qui vous permettra également d’accéder aux documents nécessaires au cas où vous souhaiteriez participer à cette exposition.

ReglementCourtenay2019

Races françaises de volailles à l’expo 2018 de Brie-Comte-Robert : la Gâtinaise.

Saluons Messieurs Audo Benoît, Basset Didier, Duchemin Thierry, Laroche Patrick et Touratier Michel, 5 éleveurs qui ont illuminé la salle d’exposition par la blancheur du plumage des animaux qu’ils ont présentés. Vingt-huit sujets de grande race de cette Gâtinaise non seulement purement française mais également géographiquement si proche de nous qu’on peut dire qu’elle est nôtre. Monsieur Basset Didier a remporté le titre de champion régional GR avec une femelle. Toutes nos félicitations à Didier.

Michel Touratier a, quant à lui, remporté un GPH « Volailles françaises » avec la femelle de la cage n° 41. Je n’ai malheureusement pas réussi la photo.

Championne régionale grande race de Didier Basset

Même si elle est encore moins bien représentée que la grande, numériquement mais non qualitativement, la naine se taille une place grâce à la ténacité de deux éleveurs qui ont présenté dix sujets. Messieurs Bécard Sylvain et Duchemin Thierry tracent une voie que d’autres suivront peut-être ! En tout cas deux sujets appartenant à Sylvain remportent 96 points, un mâle et une femelle. Le mâle de la cage n° 50 remporte le titre de champion régional. Bravo Sylvain !

Le mâle de Sylvain Bécard champion régional Gâtinaise naine.
Femelle Sylvain Bécard – 96 points.

FEDERATION DES SOCIETES D’AVICULTURE D’ILE DE FRANCE CENTRE VAL DE LOIRE

A tous les adhérents,

Vous trouverez ci-dessous copie d’un mail que Thierry DUCHEMIN vient d’adresser aux différentes associations rattachées à la Fédération sus nommée. Le lien bleu vous permet d’accéder aux documents mentionnés dans le courrier.

N’oubliez pas : A.G. samedi 21 avril 2018. Réservation repas avant le 10 avril.

Madame, Monsieur

Nous vous adressons en annexe la convocation à l’Assemblée Générale de notre région.

Nous vous remercions de bien vouloir apporter une attention particulière au délais (réservation de repas, candidatures).

Il est possible de réserver ou de faire acte de candidature par mail.

Bien cordialement

T. DUCHEMIN

31032018FEDEAVIIDF

ASSEMBLEES GENERALES 2018

C’est le 10 février 2018 qu’auront lieu, comme l’an dernier, les assemblées générales de la B.C.V.M. et de la S.A.B.G. à REAU. Rendez-vous pour la B.C.V.M. à 9 heures et, pour la S.A.B.G. à 10 heures 30. Tous renseignements sont fournis dans le document joint présenté par Pierre. Il suffit de cliquer sur le lien ! Vous trouverez l’ordre du jour, les modalités de vote pour le renouvellement du Conseil d’Administration et le bulletin d’inscription au repas qui suivra.

CONVOC AG 2018 100218

APPEL A CANDIDATURES

Pour voter il faut des candidats à l’élection. Pour peu que vous soyez majeur (il y en a quelques uns parmi nous), que vous vous soyez acquitté de votre cotisation 2017 et/ou 2018, que vous vous intéressiez à la vie de votre association, alors pas d’hésitation ! Ecrivez ou téléphonez ou envoyez un courriel à Gilles pour lui signaler que vous êtes candidat. Nous vous attendons ! Surtout ne tardez pas, les candidatures doivent nous parvenir avant le 1° février pour que nous ayons le temps de rédiger les bulletins de vote et de les acheminer.

Je rappelle les coordonnées de Gilles :

Adresse postale : 2 rue des marronniers 77210 AVON

Téléphone : 06-85-79-38-36

Adresse courriel : gilles.guillet.sabg@wanadoo.fr

Je rappelle que 5 postes sont à pourvoir. Il faut donc au minimum 5 candidats ! Mais bien davantage, ce serait beaucoup mieux. Merci d’avance aux nombreux candidats qui vont se présenter.

 

MESURES DE BIO-SÉCURITÉ : UNE REACTION DE YVES ABATE

Encore une fois notre ami Yves ABATE réagit promptement… Le dernier article inséré relatif à la bio-sécurité ne l’a pas laissé indifférent comme nombre d’entre nous, du moins je le pense. N’hésitez pas à vous exprimer sur ce sujet si le cœur vous en dit…

La bio-sécurité – ATTENTION – DANGER

Je vois un horizon qui s’assombrit pour les amis des bêtes ! Aujourd’hui, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation nous donne treize recommandations pour élever notre basse-cour. Demain, il nous donnera des normes et des taxes sur tout animal que nous détiendrons. Les vétérinaires ne manqueront pas de donner leurs exigences et nos jeunes préfèreront, compte tenu des finances à engager, avoir leur basse-cour dans leur ordinateur plutôt que dans leur jardin. De plus en plus de personnes veulent, au nom du bien-être animal et par une éducation citadine éloignée de la ruralité et de la nature, supprimer le contact affectif avec les animaux et imposer des interdictions de détention. J’en ai déjà fait les frais avec mon renard apprivoisé. J’ai vu la disparition des petits élevages familiaux bovins au nom de l’épidémie de Vache-folle et la création de nouvelles normes d’hygiène pour favoriser de gros élevages capitalistes. J’ai vu la disparition des élevages de porcs des Chrétiens d’Orient en Egypte au nom de l’éradication de la peste porcine dans le but de satisfaire la religion musulmane. Je vois venir l’interdiction de détention par les particuliers d’animaux de basse-cour au nom de l’épidémie de grippe aviaire pour favoriser certains professionnels de la filière animale. Je vois l’hégémonie des associations écolo-végétariennes qui veulent que des loups, des ours et autres animaux susceptibles de causer des dégâts soient protégés et vivent en liberté dans la nature. Ils ne supportent pas de voir un être vivant derrière les barreaux comme s’il était en prison alors que sa seule faute est de vouloir vivre. J’arrive à me culpabiliser lorsque je vais couper une salade dans mon potager. Quand je pense au destin tragique de cette pauvre salade qui ne bénéficiera pas du bien être végétal ! Sérieusement, vais-je appliquer ces recommandations et porter des bottes, une blouse dédiée et éventuellement des gants pour soigner mes oiseaux ?  On pousse un peu loin le bouchon et on nous prend pour quoi ?

Yves ABATE