LA BRUYÈRE

C’est en 1688 que La Bruyère publie Les Caractères. L’histoire de Diphile que je publie ci-dessous n’est-elle pas, parfois, encore d’actualité ?

Diphile….

L’amateur d’oiseaux         

Diphile commence par un oiseau et finit par mille : sa maison n’en est pas égayée, mais empestée. La cour, la salle, l’escalier, le vestibule, les chambres, le cabinet, tout est volière ; ce n’est plus un ramage, c’est un vacarme : les vents d’automne et les eaux dans leurs plus grandes crues ne font pas un bruit si perçant et si aigu ; on ne s’entend non plus parler les uns les autres que dans ces chambres où il faut attendre, pour faire le compliment d’entrée, que les petits chiens aient aboyé. Ce n’est plus pour Diphile un agréable amusement, c’est une affaire laborieuse, et à laquelle à peine il peut suffire. Il passe les jours, ces jours qui échappent et qui ne reviennent plus, à verser du grain et à nettoyer des ordures. Il donne pension à un homme qui n’a point d’autre ministère que de siffler des serins au flageolet et de faire couver des canaris. Il est vrai que ce qu’il dépense d’un côté, il l’épargne de l’autre, car ses enfants sont sans maîtres et sans éducation. Il se renferme le soir, fatigué de son propre plaisir, sans pouvoir jouir du moindre repos que ses oiseaux ne reposent, et que ce petit peuple, qu’il n’aime que parce qu’il chante, ne cesse de chanter. Il retrouve ses oiseaux dans son sommeil : lui-même il est oiseau, il est huppé, il gazouille, il perche ; il rêve la nuit qu’il mue ou qu’il couve.

Travail d’artiste, non ?

2019 : LAVAGE DES GOBELETS

C’était le 27 juillet dernier. A BRIE-COMTE-ROBERT, comme d’habitude. Quelques images…

On dit bien que l’association d’élevage est une affaire d’hommes… Mais qui voit-on quand il faut faire des corvées ?
Tout de même, Monsieur est avec Madame. Mais tandis que celle-ci s’affaire efficacement, Monsieur n’a-t-il pas l’air fort embarrassé ? Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire avec ces deux trucs-là, semble-t-il se dire !
Décidément nous sommes en plein jeu… de dames !
La jeune génération a pitié, elle va leur prêter main forte…
Ce jour-là il y avait des roulettes de plateaux à changer, de la mécanique en somme. Président et Vice-Présidents sont à leur affaire.
Et elles nous ont gâtés !!!
A l’heure du repas qui retrouve-t-on pour tout préparer ?

Un ancien Président de la République à notre A.G.

DISCOURS DU PRESIDENT FRANCOIS HOLLANDE A L’A.G. du 23/03/2019.
Mais, mais, mais, mais, mais… ! Mais quoi déjà ?

Mes chers compatriotes, adhérents et éleveurs,
Moi, retraité, j’ai la pêche. D’abord Tulle et dans 3 ans je pars en campagne.
Ensemble nous ferons de grandes réformes.
J’en entends qui disent : « François Hollande, il ne pourra pas se représenter. Je l’ai entendu, vous aussi.
Mais moi je dis non… ! Ou plutôt si… !
Alors prenons les problèmes secteur par secteur pour être en prise avec mon courant et les pêcheurs à la ligne.
Tout d’abord nous allons autoriser la pêche melba avec l’appât à la crème chantilly.
La canne à pêche sera remplacée par la canne a bis. Mais si … ! Je le ferai… !
Dans un souci de plus grande justice la carte de pêche sera remplacée par l’I.S.F. (impôt sur la friture). Je le ferai aussi … !
Je n’accepterai plus qu’un pêcheur utilise du fil « anthrope » pour pêcher du gros poisson.
Le jour des concours la pêche sera ouverte la journée de 9h à 19h sauf le matin et l’après-midi.
Les récompenses seront attribuées selon l’âge des pêcheurs.
Mes chers compatriotes : Vive la pêche, vive la République, Vive la France !

Enfin bref ; vous aurez constaté comme moi que la politique c’est de trouver des problèmes aux solutions…. !

Qui donc se cache sous les traits de François Hollande ?
Vous l’avez deviné… Mais oui, c’est bien sûr, c’est l’ami Pierre !

EFFORT DE MÉMOIRE. (Lettre de Guy aux adhérents)

Chers amis,

Voilà ce qui arrive quand on procrastine… Il faut remuer ses neurones au fond du système limbique. Soyons plus clair. Le système limbique est l’ensemble des structures cérébrales profondes qui jouent un rôle éminent dans les domaines des émotions et de la mémoire. Deux aspects de notre fonctionnement humain qui concernent directement notre sujet du jour. Du jour,  même s’il commence à dater.

Au fait ? Quel est ce sujet ? Eh bien ! Je m’aperçois qu’aucun compte-rendu n’a été fait de notre sortie du 7 avril « Aux Deux Ânes ». Pourtant ce fut un moment de rencontre et de partage qui activa vivement nos structures émotionnelles. Et puis, faute du récit rédigé à temps, notre mémoire est directement sollicitée.

Pauvre tête ! Heureusement il me reste des photos et c’est ce que je veux partager avec vous. Elles vous serviront d’aide pour évoquer vos souvenirs. Et elles allégeront ma tâche. Merci ô techniques modernes ! Ce dont je me souviens parfaitement c’est que les qualités d’organisateur de Pierre HERRMANN, bien connues, ont encore fait merveille ce jour là. Quant aux talents de Jacques MAILHOT et de son équipe, ils ont été appréciés par tous les participants à en juger par les rires qui ponctuaient les tirades des humoristes.

J’aimerais attirer votre attention sur un point. Ne craignez-vous pas que la « Revue Macronbiotique » s’essouffle vite et soit rapidement démodée ? Le personnage qui lui sert de modèle a tellement d’énergie, de ressources, d’inventivité pour accumuler les « bons » mots que l’équipe d’humoristes va avoir du mal à suivre !

Ah ! Même si je traite les choses dans le désordre, n’oublions pas le repas qui nous a rassemblés par petites tablées où les conversations allaient bon train. Gageons qu’il y a été question d’élevage mais, mais… pas seulement. En tout cas personne n’a semblé déçu.

Et, si d’aventure c’était le cas, s’il se trouvait parmi vous un mécontent de sa journée, alors qu’il prenne sa plume ou son clavier et exprime ses sentiments !

Avec toute mon amitié,

Guy

P.S. Ne croyez pas que je n’invite que les mécontents à s’exprimer. Les autres sont évidemment les bienvenus aussi !