RÉVOLTE D’ÉLEVEUR (Suite de la suite)

Décidément, l’article de Yves Abate a suscité des commentaires. Je m’en réjouis fort. Après Claire Chevalier c’est au tour de Jean-Luc Aubruchet de s’exprimer sur le sujet. Non sans humour il propose une solution idéale qui serait de créer une super association qui s’appellerait la SCAF !!!

Ne manquez pas de lire son commentaire en cliquant sur le lien « Commentaire » à gauche de l’article écrit par Yves. Et merci encore pour votre participation.

Guy

RÉVOLTE D’ÉLEVEUR (Suite)

L’article de Yves Abate publié le 16 avril dernier a fait l’objet d’un commentaire de Claire Chevalier qui permet de mieux comprendre les intentions des pétitionnaires. Surtout n’omettez pas de lire ce message en cliquant sur le terme « Commentaire » à gauche de l’article cité.

Merci à Claire pour ces précisions extrêmement importantes. Et que personne n’hésite à faire part, sous forme d’un commentaire ou d’un article, de son point de vue personnel sur ce sujet ou sur toute autre question lui tenant à cœur.

Bonne lecture.

Guy

RÉVOLTE D’ÉLEVEUR

A propos des expositions d’animaux.

Chers lecteurs, Il y a 10 jours je recevais ce courriel d’Yves Abate. Hélas, je ne l’ai pas vu immédiatement et mes occupations ne m’ont pas permis de m’en occuper très vite. Je pense cependant que nous sommes tous concernés par le sujet et que nous serons nombreux à partager le sentiment de révolte qu’exprime Yves. Que pouvons-nous faire ? La moindre des choses serait d’en parler entre nous afin de dégager des pistes de réflexion susceptibles de déboucher sur des pistes d’action.

Bonjour Guy, je suis toujours là !

Je te joins une pétition à signer, pétition que je viens de recevoir et  qui m’a révolté : « Non aux expositions d’animaux en ville », et cette pétition a déjà récolté 25 000 signatures !

Je pense que les présidents de clubs avicoles devraient réagir car notre monde est en train de changer. L’EAE a disparu, je vois, d’après le compte-rendu de leur AG, que le Club Avicole du Gâtinais est en difficulté de gouvernance et bien d’autres associations ont des difficultés. Bien sûr que la pandémie du Covid et l’Influenza aviaire n’ont rien arrangé !

Je trouve que de nombreux jeunes deviennent de moins en moins tolérants. Il n’y a qu’à voir la montée de la violence dans le monde entier !

Des groupes minoritaires, activés par les réseaux sociaux, exposent leurs idées et veulent imposer leurs croyances par des pétitions et par des pressions médiatiques.

Ce qu’on appelle nos « libertés » sont en train de diminuer sur tous les plans.

Bien sûr que ce repli sur soi et cette intolérance vis à vis des autres êtres vivants entraine une réaction de mécontentement. Les premiers touchés sont les animaux et nous prenons conscience qu’il faut arrêter certains abus.(élevages intensifs disproportionnés, chasses traditionnelles d’espèces en voie de disparition, souffrance animale dans les abattoirs et dans les corridas et bien d’autres choses qui ne devraient plus exister au 21e siècle).

Les foires agricoles et les expositions avicoles permettent d’améliorer une sélection des animaux domestiques suivant certains critères. Elles permettent également de faire découvrir les animaux domestiques aux jeunes des villes qui ont de moins en moins de contact avec la nature.

Il est certain que notre hobby d’éleveur amateur sélectionneur n’est pas partagé par tous et qu’il est actuellement menacé par des minorités qui mettent en avant de fausses idées. Et les personnes non concernées ou non au courant sont prêtes à signer une pétition et à soutenir ces idées en pensant agir pour la bonne cause.

Voilà le danger de ces pétitions adressées à des non-spécialistes des sujets exposés.

Bien amicalement.

Yves

Et voici le document en question : cliquez sur le lien ci-dessous.

ÉCOLOGIE

Yves Abate nous fait le plaisir de partager les références d’un ouvrage traitant d’un thème de grande actualité. La présentation qui en est faite m’a paru de nature à intéresser nombre d’entre nous. Je n’ai pas lu cet essai (pas encore) mais ai éprouvé le besoin d’éclairer un peu le sens du mot ÉCOLOGIE. Puissent ces quelques lignes aider à clarifier les chose !

ÉCOLOGIE

Qui, parmi les plus anciens d’entre nous, ceux qui sont nés au vingtième siècle et, a fortiori, fin de la première moitié et tout début de la seconde moitié, a entendu parler d’écologie dans sa jeunesse ?

Pour ma part je vis le jour en 1945 et ai vécu bien des années sans soupçonner l’existence de ce vocable. Aujourd’hui j’ai l’impression que le raccourci « écolo » ainsi que tous les substantifs construits sur cette base font partie des termes dont l’indice de fréquence d’emploi est parmi les plus élevés.

Alors de quoi parle-t-on ? Il est nécessaire de tenter d’y voir un peu clair car nous nous trouvons souvent entraînés dans des débats passionnés.

Le mot « écologie » est formé à partir de deux racines issues du Grec ancien. La première, « éco » pour « oïkos » signifie « maison » et la seconde, toujours issue du Grec ancien, « logos » signifie « discours », « étude ».

L’écologie serait donc l’étude, la science de ce qui concerne la « maison » au sens large c’est-à-dire notre environnement. Environnement naturel devenant de moins en moins naturel et posant à l’humain des problèmes dont on peut penser qu’ils résultent de sa propre action sur la planète.

Pour les curieux je ne puis m’empêcher de rapprocher les deux mots : écologie et économie. Ils ont le même préfixe. L’économie, littéralement, c’est l’administration, la gestion de la maison. C’est-à-dire l’art de réduire la dépense en tirant parti des moindres ressources pour obtenir le meilleur rendement.

En résumé l’écologie est la « science qui étudie les relations entre les êtres vivants et le milieu organique ou inorganique dans lequel ils vivent », mais elle désigne aussi et surtout un mouvement dont les idées prennent leurs sources dans la recherche de l’équilibre et, donc, de «la « gestion durable » des milieux naturels. Certains penseurs et précurseurs de l’écologie, tel le naturaliste Carl von Linné, ont pu parler d’économie de la nature. De nos jours, des écologues -écologistes scientifiques- peuvent traiter d’économie écologique.

Justement : écologue ou écologiste ? On peut se poser la question de ce genre de forme à propos de nombreux mots. Ophtalmologue ou ophtalmologiste ? Pourquoi cardiologue et non cardiologiste ? A partir de quelques recherches livresques je peux formuler les remarques qui suivent.

Le suffixe « -logiste » est lui-même composé de « log » (relatif au discours, à l’étude) complété de « -iste » désignant des personnes partisanes d’une doctrine ou d’un courant (créationnistes, socialiste, capitaliste, impressionniste…) ou bien l’agent d’une action (violoniste, oculiste…). Le suffixe « -logue » serait plus récent que le suffixe « -logiste ». La présence de l’un ou l’autre de ces suffixes pourrait témoigner de la date de formation du nom. « -logiste » pourrait marquer une origine antérieure au XVII° siècle et « -logue » une origine ne remontant qu’au XIX° siècle. Mais rien n’est vraiment tranché en la matière. Et ce d’autant moins que co-existent parfois les deux formes sans qu’on puisse expliciter toujours les nuances de sens. (Ophtalmologue et ophtalmologiste).

Revenons à l’écologie. Vous comprendrez pourquoi je me méfie des écologistes alors que je revendique haut et fort le droit (dont je fais même un devoir) d’être un écologue.

Guy

Les nouveaux prédateurs

Un essai engagé qui met en évidence les dérives de l’écologie radicale et des militants antispécistes.

Protéger les animaux, leur assurer des conditions de vie décentes, consommer autrement en respectant notre environnement… Qui serait en désaccord avec ces principes fondamentaux ? Mais, on le sait, l’enfer est souvent pavé de bonnes intentions.
Aujourd’hui, les activistes antispécistes et les militants écologistes les plus radicaux détournent ces idées partagées par le plus grand nombre. Animés par une idéologie radicale, convaincus que l’intimidation peut remplacer l’échange démocratique, ils imposent, peu à peu, leur vision du  » meilleur des mondes  » : une société dans laquelle l’homme et l’animal seraient égaux en droits. Cette rupture philosophique ne peut être que dramatique, pour les humains mais aussi et surtout pour les animaux dont l’existence dépend en grande partie de nous.

Avec cet essai passionné, Charles-Henri Bachelier, spécialiste du monde rural et directeur de revues consacrées à la chasse et la nature, veut rétablir le débat et sortir des anathèmes. Argument contre argument, il met en lumière les limites et les dérives de la mouvance animaliste. Au fil des pages, il rappelle que la relation entre l’homme et l’animal est plus complexe qu’une accumulation de bons sentiments ou de slogans menaçants : il s’agit d’un lien fondamental, reposant sur des siècles de compréhension, de savoir-faire… bref, de civilisation. Un héritage que ce livre nous aide à mieux comprendre et à protéger.

POUX ROUGES (Suite)

Le 11 octobre 2021 je lançais un appel au secours car j’étais désespéré par les invasions répétées de poux rouges dans mes poulaillers malgré toutes les précautions prises. Je reviendrai sur le sujet à la belle saison pour rendre compte de ma démarche. Si j’attends encore, c’est pour avoir davantage de recul et pouvoir mieux juger de l’efficacité, ou de l’inutilité, de mes efforts.

En attendant voici le message que m’a envoyé Christine Routon. Les indications qu’elle fournit pourraient intéresser plus d’un d’entre nous. Merci beaucoup Christine.

JOUONS UN PEU (Suite)

A la suite de la proposition de jeu d’Yves Abate nous avons reçu des réponses. Ce sont celles d’Yvon Chrismant que j’ai immédiatement transmises au juge suprême. Voici son verdict :

Bravo à Yvon CHRISMANT qui a fait un sans-faute dans ses réponses. On voit que c’est une personne qui s’intéresse aux animaux et qui les a observés.

J’avais fait ce jeu aux adhérents de mon Club des Anciens et, sur une dizaine de réponses, il y en a eu toujours au moins une de mauvaise. Il faut dire que, entre le poussin de la caille, du faisan et du paon, c’est difficile. Il y en avait même un qui n’avait pas reconnu le pigeonneau.

Merci donc à Yvon pour sa participation. Il n’est pas trop tard pour que d’autres tentent leur chance. Pour le moment 100% des joueurs sont gagnants !!!

JOUONS UN PEU

Depuis plusieurs mois, déjà !… Yves Abate m’a suggéré de permettre aux lecteurs du site de se détendre un peu en jouant pour prendre du champ par rapport à la pénible situation dans laquelle nous mettent la Covid-19 et ses diverses métamorphoses. Il a même proposé des jeux. Je suis désolé d’avoir tant tardé à publier cette proposition d’Yves et je le remercie vivement. J’espère que vous trouverez plaisir à lui transmettre vos réponses. Guy

EXPOSITION NATIONALE DE RENNES LES 12, 13, 14 NOVEMBRE 2021

A l’occasion de cette exposition Gérald Dreumont nous fait savoir qu’un groupage sera organisé au départ de Choisy le Roi (possibilité la veille à Brie Comte Robert) pour l’exposition nationale de Rennes les 12-13-14 novembre, exposition qui accueillera un certain nombre de championnats de France de races de pigeons. Voir le commentaire publié en regard de l’article sur l’exposition de Houdan.

RECHERCHE VOLAILLES

Ci-dessous un courriel reçu de Yvon Chrismant. Si l’un ou l’autre d’entre vous pouvait lui apporter une réponse… D’avance merci. Guy

Bonjour,

Afin de remplacer ceux qui m’ont quitté cette année vu leur âge et pour éviter la consanguinité pour d’autres, je suis à la recherche de certaines volailles. Si vous avez donc, vous ou dans vos connaissances ce que je recherche, n’hésitez pas à me contacter.

J’espère que l’on pourra se rencontrer lors de l’exposition les 6 et 7 novembre prochains.

Je vous remercie par avance

Cordialement

Yvon

Liste de mes recherches :

–          Un Carolin Argenté mâle

–          Un couple de Carolin blanc

–          Un Carolin blond mâle

–          Un Mandarin sauvage mâle

–          Une Sarcelle à collier blonde femelle

–          Un Faisan doré mâle

–          Une poule Faisane doré Isabelle