LA GÂTINAISE : origines

Nos anciens ont gardé intacte la mémoire de notre association. C’est ainsi que notre Président d’Honneur, Jean PASSERIEUX, me communique un article pieusement conservé dans ses archives. Merci à lui et merci à l’auteur, Jean-Pierre BARBIER, éleveur bien connu de Gâtinaises.

C’est dans les années 1900 qu’un Aviculteur du nom de Albert RENARD remarqua dans la région du Gâtinais, comprise dans l’Ile de France et l’Orléanais, entre Nemours, Montargis et Sens, qu’il existait dans les fermes une poule qui se reproduisait sous deux variétés de couleurs, ayant toutes deux mêmes forme et poids, mêmes qualités, mais l’une totalement blanche et l’autre herminée (et en nombre inférieur dans les couvées). Les sujets blancs, déjà beaucoup plus prisés des fermiers, attirèrent cet Aviculteur qui s’en procura et en fit la sélection.

               Mr RENARD fut le premier, après quelques années d’efforts, à présenter des sujets blanc pur dans une exposition, sous le nom de « Poule blanche du Gâtinais »… Cela se passait en 1906, à l’exposition nationale de Paris, au Grand Palais. Le jugement de ces premières « Gâtinaises » qui remportèrent un grand succès fut réalisé par Mr Henri VOITELLIER, Juge officiel.

               En 1907, l’année suivante donc, Mr RENARD exposa de nouveau ses poules blanches du Gâtinais qui servirent de type de base pour le premier standard établi lors de cette exposition. Lors de cette manifestation se réunirent également quelques amateurs attirés par la beauté et les performances de cette volaille et il fut projeté de créer un club ayant pour but de mettre en valeur qualités naturelles et mérites de cette poule.

               Parmi ces Amateurs il faut nommer Mr de SAIVILLE, artiste peintre et éleveur amateur qui avait réuni au château de Courbes-Vaux, à Saint Germain des Prés (Loiret) de belles volailles de ce type blanc dont il faisait déjà sélection avec passion. Il faut citer aussi Mr René CAUCURTE, éleveur amateur qui s’était approvisionné auprès de Mr RENARD de quelques reproducteurs qui lui furent envoyés à SAMOIS sur SEINE, en Seine-et-Marne… Il m’est d’ailleurs agréable de préciser ici l’origine seine-et-marnaise de la Gâtinaise…

               Puis les mois passèrent et ce ne fut qu’en 1909 que les choses commencèrent à bouger. Après divers contacts, divers avis et plusieurs rendez-vous infructueux, Mr de SAINVILLE convia ses deux Collègues à se rendre à SENS, en l’Hôtel de l’Écu où, le 9 septembre à 10 heures, fut formé le premier groupement d’éleveurs de Poules blanches du Gâtinais. Il fut donné pour nom à ce groupement : GÂTINAIS CLUB FRANÇAIS (G.C.F).

               La première polémique, des plus serrées, mais restée courtoise, eut lieu à ce rendez-vous avec la Société d’Aviculture de Cher qui revendiquait cette volaille. Le G.C.F., dans un esprit de conciliation, leur abandonna le type herminé dont ils firent la « BOURBONNAISE », étant bien entendu qu’il conservait l’exclusivité du type blanc sous l’appellation « GÂTINAISE » .

               Les statuts du G.C.F. furent alors établis. Les standards Coq et Poule furent ensuite révisés pour y apporter quelques compléments.

               Le standard initial de la GÂTINAISE à cette époque fait état du fait que le Coq a le camail et le dos dorés (reflets pailleux) à l’âge adulte (coloration due au soleil est-il précisé). Plusieurs éleveurs de cette race s’attachent aujourd’hui au maintien de cette prétention que d’autres paraissent abandonner, préconisant un dos blanc et sans reflet.

               Lors de cette réunion il fut également procédé à la mise en place d’un bureau qui eut la composition suivante :

-Président : Mr de SAINVILLE (Elevage de COURBES-VAUX, SAINT-GERMAIN-DES-PRES)

-Vice-Président : Mr Albert RENARD (Aviculteur à LA CELLE SAINT CYR -Yonne)

-Secrétaire : Maître LE PREVOST (Notaire à CHAMPIGNELLES ; Yonne)

-Trésorier : Mr René CAUCURTE (Propriétaire-Eleveur, Moulin de la Madeleine, SAMOIS-SUR-SEINE, Seine-et-Marne.

               En mars 1911 le GATINAIS CLUB FRANCAIS comptait déjà 105 adhérents… C’est également en mars 1911 que le Bureau se compléta de 87 membres du Conseil, portant l’effectif dirigeant à 12 personnes. C’est également en cette année que parut le premier bulletin de liaison qui avait pour nom « LE MONDE AILE ».

Il faut encore préciser que quatre des Membres du Conseil étaient de l’Yonne, que deux autres habitaient Paris et deux autres le Loiret.

Mr René CAUCURTE devint par la suite vice-président de la SOCIETE CENTRALE D’AVICULTURE DE France, Commandeur du Mérite Agricole, Officier du Mérite Agricole de Belgique, Officier du Mérite Agricole d’Espagne.

Quant à Mr RENARD, créateur de cette race, il fut nommé Vice-Président d’Honneur du GATINAIS CLUB DE France.

Jean-Pierre BARBIER

Un ancien Président de la République à notre A.G.

DISCOURS DU PRESIDENT FRANCOIS HOLLANDE A L’A.G. du 23/03/2019.
Mais, mais, mais, mais, mais… ! Mais quoi déjà ?

Mes chers compatriotes, adhérents et éleveurs,
Moi, retraité, j’ai la pêche. D’abord Tulle et dans 3 ans je pars en campagne.
Ensemble nous ferons de grandes réformes.
J’en entends qui disent : « François Hollande, il ne pourra pas se représenter. Je l’ai entendu, vous aussi.
Mais moi je dis non… ! Ou plutôt si… !
Alors prenons les problèmes secteur par secteur pour être en prise avec mon courant et les pêcheurs à la ligne.
Tout d’abord nous allons autoriser la pêche melba avec l’appât à la crème chantilly.
La canne à pêche sera remplacée par la canne a bis. Mais si … ! Je le ferai… !
Dans un souci de plus grande justice la carte de pêche sera remplacée par l’I.S.F. (impôt sur la friture). Je le ferai aussi … !
Je n’accepterai plus qu’un pêcheur utilise du fil « anthrope » pour pêcher du gros poisson.
Le jour des concours la pêche sera ouverte la journée de 9h à 19h sauf le matin et l’après-midi.
Les récompenses seront attribuées selon l’âge des pêcheurs.
Mes chers compatriotes : Vive la pêche, vive la République, Vive la France !

Enfin bref ; vous aurez constaté comme moi que la politique c’est de trouver des problèmes aux solutions…. !

Qui donc se cache sous les traits de François Hollande ?
Vous l’avez deviné… Mais oui, c’est bien sûr, c’est l’ami Pierre !

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2019

A Réau, le 23 mars 2019 – 9 heures.

Membres du Conseil présents : Gilles GUILLET, Michel TRUFFAULT, Pierre HERRMANN, Alain CHAUFFOURIER, Jean-Marie MONROY, Patrick GUENARD

Absents excusés : Éric PASSERIEUX, Guy COUESPEL, Jean-Jacques PLANSON

Adhérents présents : Total 26 – Votes par correspondance : 3

ORDRE DU JOUR

  1. Rapport moral d’activité pour 2018
  2. Rapport financier
  3. Renouvellement du tiers sortant
  4. Composition du bureau
  5. Perspectives et questions diverses

RAPPORT MORAL D’ACTIVITE POUR 2018

Le président Gilles accueille les participants. Il présente Sophie, fille de Guy et nouvelle adhérente, qui exposera le bilan moral et préparera le compte-rendu de l’assemblée en l’absence de son père, empêché. Il rappelle, en quelques mots, les activités conduites au cours de l’année écoulée avant de passer la parole à Sophie.

RAPPORT FINANCIER POUR 2018

Le rapport est présenté par Jean-Marie MONROY. Force est de constater que les dépenses pour les bagues l’emportent sur les recettes, que les frais d’impression pour le bulletin, même devenu unique, et le catalogue sont en augmentation, que les frais de timbres pèsent de plus en plus lourd. Le repas de l’A.G. et la sortie coûtent cher aussi.

Rapport moral et bilan financier sont approuvés par l’assemblée à l’unanimité.

RENOUVELLEMENT DU TIERS SORTANT

Quatre postes sont à pourvoir au Conseil. Se présentent ou se représentent : Gilles GUILLET, Jean-Jacques PLANSON, Christine ROUTON, Michel CALLAERT. Résultats sur 26 votants présents plus 3 votants par correspondance :

Gilles GUILLET : 26 voix – Christine ROUTON : 24 voix – Jean-Jacques PLANSON : 15 voix – Michel CALLAERT : 24 voix

NOUVELLE COMPOSITION DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Le Conseil est donc désormais ainsi composé :

PERSPECTIVES D’AVENIR – QUESTIONS DIVERSES

Finances. Réfléchissant à la situation financière tous conviennent qu’il ne faut pas rogner sur les occasions de rencontres amicales que sont le repas de l’A.G. et la sortie annuelle. On prévoit donc pour 2020 une augmentation de la cotisation à 20.00 €.

Présentations. Début septembre (7 et 8) sera de nouveau organisée une présentation à Ormesson. 28 et 29 septembre : présentation à Presles-en-Brie.

Exposition annuelle. L’exposition annuelle se tiendra début novembre (9 et 10). Y sera organisé le championnat des palmipèdes domestiques, il faut se préparer à recevoir environ 200 canards d’ornement. Appel aux volontaires est d’ores et déjà lancé pour participer au démontage des cages en fin d’exposition.

Travaux d’entretien. Les roues des chariots porte-plateaux ont besoin d’être changées. À la suite des investigations de Pierre Herrmann le coût est estimé à 400.00 €. La somme sera débloquée en investissement.

Site. Les adhérents présents ont exprimé leur satisfaction devant cet outil. Gérald Dreumont du fait qu’il permet, entre autres, de faciliter les mises en relation pour les groupages d’animaux.

Sortie juin 2019. Après de nombreuses démarches Pierre était en mesure de faire diverses propositions. C’est une sortie au zoo de Vincennes qui, en fin de compte, a été retenue, pour le 15 juin 2019.

A 10 heures 30 notre président Gilles estime l’ordre du jour épuisé. Place à la B.C.V.M. !

ELECTIONS AU CONSEIL D’ADMINISTRATION

RAPPEL

La liste définitive des candidats à l’un des postes de conseiller vacants s’établit comme suit :

Christine ROUTON    –   Gilles GUILLET   –   Jean-Jacques PLANSON   –   Michel CALLAERT

Reportez-vous à l’article précédent pour vous assurer des modalités de vote.  Des bulletins de vote sont disponibles en cliquant sur le lien ci-dessous.

A bientôt à l’A.G. !

BULLETIN VOTE 19

gcousabg.files.wordpress.com/…/bulletin-vote-19.pdf

ASSEMBLEE GENERALE 2019 -ELECTIONS AU CONSEIL D’ADMINISTRATION-

Rappel : notre prochaine assemblée générale aura lieu à Réau le 23 mars. Ci-dessous les renseignements concernant l’ordre du jour ainsi que le bulletin d’inscription au repas organisé à l’issue de la réunion.

ELECTION AU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Les modalités de vote sont décrites dans le document ci-dessus.Je rappelle que 4 postes sont à pourvoir. Tous les adhérents peuvent faire acte de candidature. Il suffit de s’adresser par téléphone, SMS, courriel, courrier postal au président Gilles GUILLET, 2 rue des Marronniers 77210 AVON, téléphone : 06 85 79 38 36.

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 9 mars 2019.

A ce jour 4 candidats se sont déjà fait connaître : Gilles GUILLET et Jean-Jacques PLANSON, candidats sortants, Michel CALLAERT et Christine ROUTON, nouveaux candidats. Mais n’hésitez pas à faire acte de candidature, il est encore temps jusqu’au 9 mars !

Si vous votez par correspondance vous pouvez inscrire les noms sur une feuille vierge, sans rature ni surcharge, dans la limite de 4 noms et vous envoyez votre courrier en respectant les modalités définies ci-dessus avant le 22 mars.

La liste définitive des candidats sera publiée sur ce site le 10 mars et adressée par voie postale aux adhérents ne disposant pas d’une boîte mail.

AVENIR DES SOCIÉTÉS AVICOLES

Réchauffement climatique, réduction des surfaces cultivables et forestières, empoisonnement par les pesticides et herbicides, intoxications diverses… hélas la liste des sujets d’inquiétude n’est pas close. Les problèmes de protection d’environnement, d’écologie nous intéressent tous directement, en tant que citoyens et, bien sûr en tant qu’éleveurs. Ils ont été abordés en 2018 dans les divers articles publiés sur notre site et dans les colonnes de notre bulletin. Il ressort des idées exprimées une inquiétude qui se surajoute aux préoccupations légitimement fondées. C’est l’inquiétude liée aux déviances de soi-disant protecteurs de l’environnement et du monde animal. Prisonniers de leur idéologie ils prônent des idées extravagantes conduisant à produire des effets inverses de ceux qui sont recherchés par les protecteurs de bon sens respectueux de l’équilibre indispensable à la vie. Avec eux l’écologie devient, selon le terme employé par Yves Abate, l’escrologie.

Vous trouverez ci-après le discours prononcé par Pierre Herrmann à l’issue de l’exposition de Limeil-Brévannes le 17 février dernier. Il synthétise remarquablement nos préoccupations et lance un appel à nos responsables politiques dont nous souhaitons vivement qu’il soit entendu.  Guy

ALLOCUTION DU COMMISSAIRE GENERAL

A la remise des récompenses

Lorsqu’on visite cette magnifique exposition de Limeil-Brévannes, on est émerveillé par la diversité des races, des couleurs, des formes et par le savoir-faire de ceux qui élèvent ces animaux : les éleveurs amateurs.
On a du mal à imaginer que, si les Hommes politiques et les médias ne vous soutiennent pas, ce genre d’exposition va peut-être disparaître dans un futur proche.
Pourtant l’organisation des Nations Unies a rappelé dans un rapport de 2006 que, dans les 20 ans, près de 35% des races régionales anciennes d’animaux de ferme, partie intégrante de notre patrimoine historique et culturel et de la biodiversité, risquent de disparaître. L’O.N.U. a appelé les Etats à soutenir les éleveurs amateurs, car ils sont quasiment les seuls à agir pour empêcher la disparition de ces races rares.
Bien que les éleveurs amateurs soient près de 4 millions en France, ce qui en fait la deuxième force associative derrière les sportifs, on assiste depuis 12 ans à un véritable acharnement réglementaire contre eux. En ce qui concerne le domaine des animaux de basse-cour, voici un exemple parmi  tant d’autres:

Des associations de protection d’animaux à but végétarien ont tenté de faire passer des listes interdisant l’élevage de très nombreuses races parce qu’elles étaient soi-disant  » handicapées « , par exemple les animaux qui ont une huppe, les yeux rouges, des pattes courtes ou emplumées etc. La souffrance des animaux est en réalité un prétexte qui cache une haine des  » animaux de races  » car ceux-ci seraient, d’après ces gentils protecteurs des animaux, obtenus par l’eugénisme et l’inceste.

Récemment, dans la Commission de suivi Animal et Société, aucune association d’éleveurs amateurs n’a été invitée, alors qu’il y a plus d’une dizaine d’associations de protection des animaux. C’est une véritable insulte. Cela veut donc dire que, pour certains politiques ou administratifs, les milliers d’éleveurs amateurs sont des citoyens qui ne comptent pas et qu’on ne doit pas écouter.

Des milliers de personnes sont consternées de voir de plus en plus d’Hommes politiques soutenir les revendications très radicales de ces associations, au nom de l’écologie. Cette écologie là n’est pas une écologie concrète et raisonnable, mais comme l’ont décrit de nombreux philosophes, une écologie radicale et extrémiste.
Pour l’écologie radicale, l’Homme est toujours le méchant et il n’y a pas de solution.

Pourtant, il pourrait exister une écologie responsable, populaire et humaniste, qui au lieu de toujours dénigrer l’Homme, lui donnerait les moyens de s’améliorer. Par exemple, elle ferait participer les éleveurs amateurs à des programmes de sauvegarde de races et d’espèces rares. Cette écologie humaniste reste à inventer. En résumé, si un grand nombre de députés et de sénateurs ne soutiennent pas les éleveurs amateurs contre la dérive de toujours plus de réglementations exagérées, il est à craindre que les expositions comme celles d’aujourd’hui ne puissent plus avoir lieu et que la majorité des races anciennes disparaisse.

Nous aimerions bien trouver des hommes politiques qui nous défendent avec énergie. L’appel est lancé.
 Dans des temps difficiles, lorsqu’on prive les Français de leur échappatoire, leurs loisirs, il ne faut pas s’étonner que le mécontentement se traduise dans les urnes.
Alors qu’il serait tellement plus intelligent de concilier tout le monde en lançant l’écologie humaniste.

Le Vice Président de la B.C.VM

Commissaire Général

Pierre HERRMANN