A PROPOS DU BIEN-ÊTRE ANIMAL

D’accord ? Pas d’accord ?

Parler du bien-être animal est devenu comme un tic de langage. Au nom de cette notion on entend dire beaucoup de choses extrêmes émanant la plupart du temps de personnes n’ayant qu’une expérience limitée, voire très limitée, du monde animal.

Jocelyne Porcher, directrice de recherches à l’INRAE (Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement) développe sur le sujet des points de vue intéressants au cours d’Assises organisées par Ouest-France. Deux catégories d’élevage sont envisagées : l’élevage industriel et l’élevage paysan. Pour ce dernier il conviendrait de créer un label spécifique. Pour plus de détails lisez l’article en cliquant sur le lien ci-dessous.

Où nous situons-nous, nous autres éleveurs amateurs ? A défaut d’une catégorie spécifique je me rapprocherais volontiers du label paysan.

D’accord ? Pas d’accord ?

Guy

https://www.ouest-france.fr/economie/agriculture/assises-elevage-alimentation/entretien-cette-chercheuse-denonce-le-green-washing-du-bien-etre-animal-ab2571f4-4e00-11ec-8bef-f2c8380d539f

2 réflexions sur « A PROPOS DU BIEN-ÊTRE ANIMAL »

  1. Affirmatif,je suis d’accord avec les propos de Jocelyne Porcher et je mettrai en exergue cette citation qui m’est chère de Michel Picq ; Paléoanthropologue »L’homme n’est pas le seul animal qui pense mais il est le seul à penser qu’il n’est pas un animal ». L’animal et l’homme ont leur destin étroitement lié et ils devraient vivre en harmonie sur cette planète. A contrario notre civilisation de la mondialisation en a décidé autrement et les a conditionné dans cette industrialisation effrénée. L’homme n’est -il pas poussé à la surproduction à tout prix pour le profit immédiat de quelques uns.
    N’est-il pas formaté dans une pensée unique qui l’enferme dans une sorte de cage.Sa liberté de penser est de plus en plus restreinte.
    Le fichage numérique le réduit à un numéro dans un but de contrôle permanent.
    Voyez vous cher lecteur c’est ce monde actuel qui n’est plus acceptable;Cette façon de traiter contre nature l’animal et l’homme.
    Pierre HERRMANN

    J’aime

  2. D’accord – Pas d’accord : Tout à fait d’accord avec Mme Jocelyne Porchet.
    « Bien-être animal » un mot à la mode dans la bouche des écolos ? Cela me fait sourire.
    Personne ne parle du « Bien être végétal  » mais je pense que les végétaux ont aussi une sensibilité.
    Tout être vivant a une sensibilité et le bien-être n’existe pas quand il y a de la souffrance.
    Et le « Bien-être humain », avec les sept milliards d’individus qui peuplent notre petite terre ! Cela me fait également sourire. Le « Mal-être » est présent dans la majorité des peuples, avec inégalité et injustice.
    L’éleveur amateur sélectionneur fait reproduire ses volailles modérément, car chaque sujet représente une valeur esthétique par rapport à sa ressemblance au standard.
    L’éleveur professionnel fait reproduire et élève en grande quantité car chaque animal représente une valeur marchande.
    Je viens de recevoir une pétition : Exigez aujourd’hui l’interdiction du commerce de la viande de chien et de chat en Asie du Sud-est.
    Les écolos urbains sont sensibles à la souffrance des chiens et des chats mais ils ne m’empêcheront pas de manger de la viande !
    Yves Abate

    J’aime

Répondre à HERRMANN PIERRE Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :