ÉTÉ 2021

Réflexions de-ci, de-là…

Mais oui, chers amis ! Nous sommes en été depuis une dizaine de jours. Nous devons nous en convaincre. Pour le moment la canicule est supportable ! Juin s’achève. Une certaine morosité plombe les villes et les villages. La pandémie reste menaçante mais nous apprécions tout de même que les mesures sanitaires de protection nous laissent un peu plus de liberté.

L’inquiétude domine cependant les esprits. Nul ne sait de quoi demain sera fait. Nul ne sait si notre exposition de novembre pourra avoir lieu. Aurons-nous l’autorisation de l’organiser ? Si, par bonheur, la réponse était positive, dans quelles conditions pourrons-nous le faire ? Et quand aurons-nous connaissance des éléments nécessaires pour mener à bien cette tâche ?

Côté éleveurs l’enthousiasme présidant à la mise en route de belles couvées ou de belles portées en vue d’une sélection d’animaux à présenter aux juges n’est-il pas quelque peu affadi ?

Le Conseil d’Administration dans son ensemble se préoccupe de ces questions. Il mettra tout en œuvre pour que tous les éleveurs puissent avoir le plaisir de se rencontrer dans la chaleur de notre exposition. Mais, hélas, il ne dispose à ce jour d’aucune information lui permettant de s’engager de façon ferme et définitive. Soyez tous sûrs que nous ne manquerons pas de vous apporter tous éclaircissements dès que nous aurons nous-mêmes des nouvelles.

Les élections départementales et régionales viennent de se dérouler. Avec le succès (!) que l’on sait. La campagne a mis en évidence les orientations de certains candidats au sujet des activités liées aux animaux. C’est dire si nous sommes concernés. Les réflexions à ces sujets ne peuvent nous laisser indifférents. Le bien-être animal est bien une de nos préoccupations majeures. Mais soyons sur nos gardes car l’expérience démontre que derrière cette idée louable se côtoient des conceptions très différentes.

Pour alimenter nos méditations sur le sujet je propose ces propos d’une éleveuse de brebis en Ardèche, propos rapportés par Erik Orsenna dans son ouvrage « Cochons Voyage au pays du Vivant » :

« Quand on nous traite de meurtriers parce que nous abattons nos bêtes, d’esclavagistes parce que nous persévérons dans la domestication, qu’on nous dit que les loups ont plus de droit que nous de vivre dans les montagnes, après la stupéfaction viennent la colère et le désarroi, et c’est très lourd à porter. »

Et elle déplore « la déconnexion de plus en plus grande en Occident avec la terre, les bêtes et l’acte de production, mais aussi avec la nature et la mort.« 

Voilà peut-être de quoi animer certaines discussions. Je vous adresse mes amitiés, à toutes et à tous.

Guy

4 réflexions sur « ÉTÉ 2021 »

  1. J’ai tout à coup l’envie d’élever un nouvelle race de poulet, non pas pour la chair, ni pour ses œufs. Son chant ? Peut être.. Non ! Mais pour la qualité de sa plume qui, chaque fois que mes yeux croisent son « plumage »s’etaler sur un papier, se régalent ! Une plume douce et résistante tel un chêne sage, une plume faisant preuve d’intelligence bordée d’humanité, d’une qualité sensible sans oublier sa poésie. Comment sera nommé cette nouvelle race de gallinacees ?! La guiree ! Race unique d’animal, de volatile pleine de grâce ! Hihihihi

    J'aime

  2. Cette excellente narration de Guy m’inspire cette réflexion.
    Est-ce que l’homme de Cro-Magnon était un meurtrier ?
    Assurément il n’élevait pas des animaux mais en prélevait certains en les tuant pour se nourrir et quoiqu’on en dise il participait à une forme de régulation. Cette régulation bannie et incomprise de ceux que j’appellerai des (écolos -extrémos -sectaires) est nécessaire à l’équilibre de notre planète et se fait soit naturellement chez l’homme par la maladie,voire d’une façon plus ignoble par les guerres ,souvent préméditées par les puissants.
    Dans le monde animal ,c’est l’homme qui doit réguler avec maîtrise et aussi protéger, par l’élevage et la préservation des races en voie d’extinction.
    Dans le premier cas ,si on laisse se développer dans la nature une race d’une façon exponentielle elle s’autodétruit et risque de disparaître inexorablement de maladie.
    Dans le deuxième cas, la cause est noble et urgente car le climat se modifie et certains animaux vont disparaître et par conséquent nuire à cet équilibre naturel.
    A notre modeste échelle , nous éleveurs sommes dans ce processus de conservation de races parfois en voie de disparition.
    Des passionnés certes, mais non des meurtriers…!

    J'aime

    1. Merci Pierre pour ce commentaire qui illustre parfaitement mon propos. Je pense que c’est un sujet sur lequel nous pourrons revenir. En complément il ne serait pas inintéressant de réfléchir également au volet « chasse ». Avis à tous les lecteurs du site, votre avis nous intéresse ! D’avance merci.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s