EN SIGNE D’AMITIÉ : QUELQUES RÉFLEXIONS DE GUY

I- ÉCRITURE INCLUSIVE

Chers adhérents de la S.A.B.G. et autres associations, amis éleveurs,

Pour commencer, ne soyez pas offusquées, amies éleveuses, si je ne vous ai pas spécifiquement mentionnées dans l’adresse. Pour moi, vieux de la vieille, le groupe « amis éleveurs » comprend automatiquement les amies éleveuses sans qu’il soit nécessaire de préciser. Mais nous vivons une époque moderne et pleine de contradictions. On prône l’écriture inclusive pour ne pas oublier les dames mais en même temps on remet en cause le genre. On recherche la simplicité mais on ne s’offusque pas devant cette écriture inclusive si rebutante à pratiquer.

Quelques règles et exemples d’écriture inclusive. Ils font de l’élevage. Jusqu’à présent on entendait dans cette expression que le groupe dont on parle est composé aussi bien d’hommes que de femmes dans des proportions non précisées. Aujourd’hui il faudrait mentionner par ordre alphabétique les termes au féminin et au masculin. On devrait donc écrire : Elles et ils font de l’élevage. Quant à l’accord, il se fait avec le sujet le plus proche du verbe : Les hommes et les femmes sont belles.

On utilise un point milieu pour marquer le genre des mots : les éleveur.euse.s, les acteur.trice.s. Vous trouvez ça facile, vous ? D’autant moins que mes exemples ne sont pas vraiment justes. En effet, les points ne sont pas corrects mais je ne sais pas les produire à partir de mon clavier. Par comparaison avec les tirets, le point correspondrait au tiret du 8 alors que le point milieu correspondrait au tiret du 6.

II- UN PEU DE LECTURE

Pour ceux qui aiment lire ou qui trouvent le temps de lire, je recommande ce titre de Boris Cyrulnik (Voir ci-dessous). L’auteur expose avec la simplicité qu’on lui connaît des réflexions sur l’actualité que nous vivons. Éleveurs, nous ne pouvons rester indifférents aux questions sur la place de l’humain dans la nature ni sur la place de l’individu dans la société. Beaucoup de nos certitudes nées de notre éducation, de notre expérience sont remises en cause actuellement, nous en sommes déboussolés. La réflexion de Boris Cyrulnik peut nous aider à nous réorienter, à repréciser un cap, à ne pas perdre tous nos repères.

Je nous souhaite à tous de traverser le plus sereinement possible ces « vagues » terribles sur lesquels la Covid-19 nous fait « surfer » comme on dit en « bon » français. En attendant des jours meilleurs soignez bien vos petites et grosses bêtes dans l’espoir que le jour où vous pourrez les présenter en exposition ne se fera pas trop attendre. N’hésitez pas à faire part de toutes remarques qui vous viendraient à l’esprit.

Bien amicalement,

Guy

Une réflexion sur « EN SIGNE D’AMITIÉ : QUELQUES RÉFLEXIONS DE GUY »

  1. Bonjour,
    Je suis profondément atteinte en tant que genre féminin par ses propos qui n’ont pas lieu d’être dans une revue de la SABG. En pensant être dans votre bon droit, vous écrivez une chronique impensable pour les plus vieux et vieilles adhérents de la SABG. Tout d’abord, je trouve votre chronique sexiste en remettant en cause l’écriture inclusive. Le combat pour les droits de la femme, la lutte contre la violence faites aux femmes, aux petites filles ne cessent d’être remise en cause.
    L’écriture inclusive décidée par l’Etat est une juste cause même si elle semble difficile à écrire pour des générations qui ont été formatées à l’école de Jules Ferry et qui n’ont rien compris au genre féminin.

    Avez-vous connu l’école des filles où nous faisions de la couture et pas de maths ?
    Avez-vous connu l’école des garçons à qui on enseignait les maths et qui jouaient pendant des heures au ballon dans la cour de l’école ?
    Non. Car vous étiez côté garçons. Côté filles, nous étions curieuses et amères de ces différences.
    Sur quel fondement s’appuyait cette différence d’enseignement scolaire ?

    D’autant plus, je ne sais pourquoi, dyslexique, j’écrivais spontanément ou naturellement l’écriture inclusive. Savez-vous combien de tours de cour, j’ai effectué, punie car « le masculin remporte toujours sur le féminin » me rabâchait la maîtresse. Alors, je ne comprenais pas cette règle totalement absurde.

    Autour de moi, à la campagne, dans une terre enclavée de la Normandie profonde, les femmes élevaient les animaux. Elles cultivaient. Où étaient-ils, les hommes qui remportent systématiquement sur les femmes ? règle d’orthographe complètement hors réalité de la vie.

    Les hommes, ils n’étaient plus là, mort à la guerre de 14/18, morts d’accident du travail, morts au débarquement….. La condition paysanne en France se conjugue au féminin. Quand déplaise au masculin !
    Les femmes ont beaucoup donné : leur père, leur frère, leur fils, leur mari. Veuves ou célibataires.

    En Seine-et-Marne, terre de culture céréalière, il y avait une tradition que j’ai connue par l’intermédiaire de mon milieu professionnel. Pour agrandir ou préserver son patrimoine cultivable, l’ainé d’une fratrie mort à la guerre devait épouser sa belle-sœur devenue veuve. Un autre temps, me direz-vous. Et bien non, une réalité !

    Chaque fois que la liberté des femmes gagnent du terrain, il y a toujours des mouvements de retour en arrière.
    Je sais que vous n’êtes pas comme cela et que vous faîtes pour le mieux.
    Mais en l’honneur de mon ami, instituteur, éleveur, qui a toujours pris de son temps libre pour la SABG, je devais réagir. Je pense que votre article ne serait pas « sérieux ». Il sait que le féminin remporte toujours sur le masculin et que la SABG a grandi grâce à toutes ses femmes passionnées qui modestement ont appris à laisser les honneurs aux hommes. Bien sûr, plus sur le champ de bataille, mais sur le champ des podiums où ils sont récompensés et où leur Ego sur dimensionné est flatté.

    Que d’histoire, pourrais-je vous raconter, parce que « le juge s’est trompé »….!

    Une fidèle lectrice

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s