à la Une

SOCIETE AVICOLE BRIE ET GATINAIS

logo

Qui sommes-nous ?

Des éleveurs passionnés de nature, souvent aussi jardiniers, apiculteurs, des amoureux de la vie sous toutes ses formes. Le 10 février 1981 nos prédécesseurs ont fondé cette association selon les principes de la loi de 1901.

Nous poursuivons de notre mieux les buts qu’ils s’étaient assignés et qui figurent dans les statuts :

  • la défense des intérêts des éleveurs amateurs d’animaux de basse-cour ou d’ornement
  • l’amélioration et la conservation des animaux de races pures
  • la participation  à des actions pédagogiques en lien avec les écoles pour répondre à la curiosité des enfants et des jeunes dans les domaines de la vie animale, de l’organisation des écosystèmes, de découverte de la richesse des différentes formes de vie, de développement des valeurs de respect de la vie…

Notre siège social est actuellement à la mairie de BRIE-COMTE-ROBERT.

Chaque année nous organisons début novembre une grande exposition dans la salle du Safran de cette ville.

Un aperçu de la variété des animaux qui retiennent toute l’attention des adhérents de la Société Avicole Brie et Gâtinais. Cliquez pour voir les photos.

Continuer à lire … « SOCIETE AVICOLE BRIE ET GATINAIS »

COUP DE TONNERRE : EXPO LIMOGES ANNULEE

On apprend avec stupeur l’annulation de cette exposition qui semblait tenir contre vents et marées et a finalement dû être annulée alors que le montage des cages avait déjà commencé. Pour de plus amples informations, voir ce qui suit : articles publiés sur Face Book.

FFV – Fédération Française des Volailles

Bonjour a tous,

En tant de président de la FFV et avec la majorité de mon conseil d’administration, et devant l’annulation de la nationale SNC, nous avions décidés de maintenir notre nationale.La fédération française des juges ayant avertie l’ensemble des juges des risques sanitaires encourues, nous ne sommes plus désormais en capacité de maintenir notre nationale car nous avons eu trop de réfection de juges.C’est donc avec beaucoup d’amertume et de regret que je vous annonce l’annulation de l’exposition de Limoges.La préfecture avait maintenue la tenue de l’évènement l’effet domino est arrivé.Je remercie la famille volaille d’avoir été si solidaire ( éleveurs, dirigeants de clubs et j’en passe). Je comprends la déception de chacun et allons assumer et soutenir la brave équipe de Limoges.Nous allons dés a présent réfléchir a l’avenir , notre avenir a tous , traverser cette crise sanitaire et j’espère tous nous retrouver l’an prochain.

Anthony Ré

Matthieu Leuridan

Trop, c’est trop !Ces deux derniers jours ont été terribles pour l’aviculture française.Terribles de mensonges, d’arrangements, de déception et de bien d’autres sentiments.L’exposition avicole de Limoges 2020 a été annulée.Cette annulation n’est pas préfectorale, elle n’est pas sanitaire, elle n’est pas collective !Elle est imposée psychologiquement par une très faible minorité de personnes imposant à la majorité un choix non collectif, non débattu ni concerté et dénué de fondements réels. Insuffler un sentiment de peur pour mieux résigner les foules, le tout en faisant du chantage émotionnel … voilà ce qu’il s’est passé …Le timing de l’annulation est désastreux. Il est même dramatique économiquement et profondément irrespectueux des éleveurs, des bénévoles locaux et des nombreux partenaires.Alors que le vendredi 16.10.2020 à 17 h, la préfecture de Limoges donne un accord total au maintien de l’exposition … alors que le samedi 17.10.20, dès le matin, débute avec une équipe nombreuse et efficace le montage des cages venues des 4 coins de la France … vers 15 h, par la volonté de deux personnes et en dehors de tout accord collectif ou concerté de leur CA ou bureau de fédération, la décision d’annuler la participation de ce corps technique à Limoges est annoncée par un message écrit laconique.Pire, afin de ne pas avoir à assumer la déflagration et l’annulation, ou de voir la FFV continuer et réussir seule la partie « volailles », des contacts improbables (à la vue de leurs inimitiés pourtant avérées) avec d’autres instances avicoles sont noués afin de faire pression sur le SLAA, la FFV et l’ensemble des juges nationaux pour qu’ils annulent leur venue et « tout le reste de l’expo ».Une intimidation, mise en œuvre par une poignée de personnes et sans la moindre considération pour les éleveurs et les organisateurs locaux : l’annulation est ici une prise d’otage de la part de quelques personnes sur tous les autres intervenants.La raison « covid-19 » invoquée publiquement ensuite est totalement inacceptable à ce stade de l’exposition. La situation sanitaire est connue depuis des semaines : à maintes reprises et alors sans grosses répercussions, l’annulation était possible ; même l’allocution du Président de la République le 14 octobre n’interdisait en rien la tenue de cette exposition dans le secteur géographique limousin et la préfecture de Limoges avait donné un accord total à l’exposition dans le contexte qu’on connait et en respect d’un protocole sanitaire strict mis en place pour l’exposition.A moins que les trois « instances avicoles » ayant fait pression sur le SLAA et la FFV possèdent un conseil scientifique attitré ou des épidémiologistes plus informés que les propres services préfectoraux, le facteur Covid ne pouvait être invoqué comme étant la première et seule raison. En outre chaque éleveur, juge, exposant ou visiteur était libre de venir ou non à Limoges en fonction de son envie ou état de santé !Cela fait 20 ans que je fais de l’associatif, j’y ai vu des magouilles, des arrangements de personnes ou de clans, des conflits, des débats d’idées, etc. Cela touchait souvent des individus isolés mais le « mal » était localisé. Ici on passe au niveau supérieur, on pénalise l’ensemble : ce sont les éleveurs, les visiteurs, les exposants, la « base », « les forces actives » qui payent le prix d’une gestion ou d’une décision désastreuse (dont il faudra un jour connaitre les vraies raisons ou motivations…). Quant au fait que trois ou quatre personnes puissent imposer à tous une décision dont ils n’ont normalement pas le mandat ou la compétence d’attribution, cela possède un nom : l’autoritarisme.Le véritable SCANDALE n’est pas qu’un corps technique annule sa participation (même si c’est irrespectueux de ses éleveurs), c’est que ne voulant pas assumer seul et publiquement cela, il organise des pressions et des magouilles contre le SLAA et la FFV pour une annulation totale de l’événement ce qui, de fait, leur permet de ne pas endosser la responsabilité du fiasco !Aujourd’hui, ma contribution personnelle m’importe peu. Ce qui me blesse, ce sont les 671 éleveurs qui sont trahis et floués, avec des explications alambiquées et hasardeuses, ce sont les 50 clubs non consultés ayant préparé des championnats et dépensé leurs économies pour des récompenses, ce sont les dizaines de bénévoles qui avaient déjà monté l’exposition et préparé depuis des semaines cet événement exceptionnel, c’est le tissu économique local (hôtels, prestataires, etc.) pour lequel on se moque des répercussions économiques et humaines …Je risque gros à dire cela (des vérités qui dérangent et aujourd’hui des règlements qui protègent certains « puissants » en postes contre toutes les formes de contre-pouvoir ou oppositions possibles). Mais mon honnêteté morale tant vis-à-vis des collègues éleveurs que des mandats qui m’ont été confiés m’empêche de me taire. En deux jours, la vision offerte par le monde politico-associatif avicole est désastreuse :- Entente entre instances ennemies pour mieux anéantir la motivation de la FFV et du SLAA- Décision autoritaire et dénuée de toute base juridique ou sanitaire (la préfecture avait validé)- Prise de décision unipersonnelle et surtout au détriment total de « la base »- Une ingérence ou du chantage manifeste de certaines personnes ou structuresNotre milieu avicole est clairement mal en point depuis déjà quelques années. Limoges 2020 était à divers niveaux une opportunité incroyable de rassemblement, de travail collectif, commun et surtout une possibilité d’insuffler une dynamique de masse, nouvelle et d’ampleur etc. Il en sera tout le contraire ! L’aviculture en ressort plus divisée que jamais. C’est l’ensemble du système qu’il convient de repenser …J’apporte un soutien total à toute l’équipe de Limoges. Bravo, vous avez été exemplaires malgré les bâtons dans les roues de certains.L’annulation alambiquée et à la dernière minute et surtout la non-prise de responsabilité personnelle de certains décideurs engendre pour la société de Limoges une perte financière colossale. Comme à chaque fois, la bataille de responsabilité va s’engager, j’espère que les responsables sauront assumer totalement le naufrage qu’ils ont généré pour le SLAA de Limoges, pour les clubs spécialisés autant pigeons que volailles, pour les partenaires, sponsors, potentiellement acteurs économiques locaux et, dans une certaine mesure, des éleveurs !

Matthieu LEURIDAN, Secrétaire de la FFV, Président du Club des Barbus Belges, Juge avicole volailles français Et avant tout éleveur et passionné !

A PROPOS…DU BIEN-ÊTRE ANIMAL

Notre époque fait face à de nombreux défis. En cette période de pandémie le questionnement sur la place de l’Homme dans la chaîne du Vivant n’est pas l’un des moindres. Le sujet harcèle nos cerveaux depuis des siècles, des millénaires sans doute. Les mouvements écologistes actuels le portent sur le devant de la scène. Des écrivains de renom publient des ouvrages suscitant la réflexion. Je pense par exemple à ce titre de l’Académicien Erik Orsenna : « Cochons – Voyage aux pays du Vivant » dont je recommande la captivante lecture à tous ceux qui sont passionnés par les interactions entre l’homme et l’animal.

Bonne lecture, Guy.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour lire l’article.

CONFINEMENT

Voici Pierre. Le confinement l’inspire et, en même temps, il rend hommage à Juliette GRECO qui nous a quittés il y a peu. Le confinement, il en redemande, vous croyez ça vous ?

«De nouveau Confinez-moi »

 De nouveau confinez-moi, confinez-moi

Oui, mais pas tout de suite, pas trop vite

Sachez être attentionné

De nouveau confinez-moi, confinez-moi

Mais ne soyez pas radicalisé comme nos Hippocrates

Et d’abord du discernement

Tout le temps de la réflexion

Ne doit pas être bref, ni affligeant

Informez-moi au mieux

Mais avec retenue

Pour que je m’habitue peu à peu.

De nouveau confinez-moi, confinez-moi

Oui, mais pas tout de suite, pas trop vite

Sachez m’anesthésier, me manipuler, me formater

De nouveau confinez-moi, confinez-moi

Avec délicatesse, persuasion et conviction

Choisissez bien les mots

Exprimez bien vos intentions

Ni trop apathiques, ni trop pléthoriques pour mon cerveau

Voilà, ça y est, je suis

Convaincu et adepte

Grâce à votre talent pour propager la peur, allez-y

De nouveau confinez-moi, confinez-moi

Maintenant tout de suite, allez vite

Sachez me priver, de ma liberté, de ma libre pensée, me consumer

De nouveau confinez-moi, confinez-moi

Conduisez-vous en dictateur

De nouveau confinez-moi, confinez-moi

Et vous…. Confinez-vous !

Pierre HERRMANN

Parodie de la chanson de Juliette GRECO  « Déshabillez- moi » sortie en 1967 et enregistrée le 26 Juin 1967.

Auteur – Robert NYEL ; Compositeur – Gaby VERLOR

EXPO BRIE 2020 : annulation

Chers amis éleveurs,

La mairie de Brie-Comte-Robert nous a informés, hier soir, qu’un arrêté préfectoral interdit désormais tout rassemblement de plus de 30 personnes jusqu’à la mi-octobre. Elle précise que cette mesure risque fort d’être prolongée par la suite.

En conséquence elle émet l’avis qu’il serait plus raisonnable d’annuler notre exposition annuelle cette année.

Il nous paraît évident que, dans ces circonstances, il n’est plus possible d’envisager le maintien de cette manifestation. C’est donc avec un vif regret que le président Gilles et tout le bureau prennent la décision d’annuler purement et simplement cet événement dont nous savons à quel point il tient au cœur de nombreux éleveurs, adhérents de notre association ou autres.

Amis éleveurs, inutile donc, hélas, de nous renvoyer les documents d’inscription comme prévu. Ceux qui l’auraient déjà fait seront joints téléphoniquement par Gilles et leurs chèques seront détruits comme nous nous y étions engagés.

Avec tous nos regrets,

Pour le bureau, le secrétaire

Guy

LE BIEN-ETRE

Yves ABATE, toujours très proche de ses animaux, nous livre une réflexion susceptible d’intéresser nombre de lecteurs. Jusqu’où peut-on aller trop loin ? A chacun de réagir.

J’écris cet article après avoir acheté un magnifique trio de poules naines Hollandaises huppées à la Ferme de Beaumont, de très bonne qualité et en pleine santé.

Cette année, toutes mes poules naines sont mortes sans que j’en connaisse la cause. Peut-être un ami de notre Covid 19 ou une autre saleté ! C’est pour cela que j’en ai racheté.

Pour nous, éleveurs amateurs, la réussite dépend avant tout du bien-être de nos pensionnaires.

Tout être vivant aspire à du bien-être pour s’épanouir durant son passage sur terre.

Hélas, il n’y en a pas beaucoup qui ont la chance de connaître cela. Quand je vois l’humanité, avec ses 7 milliards d’hommes, avec ses peuples soumis par des tyrans, ses peuples mis dans des camps de réfugiés, ses peuples qui manquent d’eau, de nourriture, d’espoir, je me trouve bien privilégié.

Pour les « bien-pensants », la mode est actuellement la lutte pour le bien-être animal. Je le vois pendant nos expositions, lorsque des gens bien intentionnés mais ne connaissant rien ni aux animaux ni à l’élevage s’offusquent devant mon gros canard en cage et pensent qu’il a une vie d’esclave cloîtré alors que, le lundi matin, il retrouve son amour de cane et son environnement paradisiaque dans le paysage verdoyant de mon étang.

Bien sûr que ce n’est pas le cas des élevages industriels, mais je ne crache pas non plus sur un bon magret grillé de canard dans mon assiette ! Il y a toujours des excès pour lesquels il faut s’opposer, mais ne tombons pas dans les extrêmes.

Pour vivre le bien-être, il faut se sentir bien dans son corps, dans sa tête et dans son milieu environnemental. Les religions, avec la foi, permettent parfois d’atteindre ce bonheur.

Pour en revenir à mon trio d’Hollandaises huppées, lorsque je les ai lâchées dans le parc que je leur avais aménagé, j’ai été surpris de constater qu’elles n’avaient aucun instinct sauvage. Elles restaient toutes trois ensemble à manger leurs graines sans s’occuper de leur environnement. En les prenant dans la main, je me suis aperçu que leur magnifique huppe blanche retombait sur leurs yeux et leur vision se limitait au-dessous de leur bec. Cela m’a rappelé l’horreur que j’avais eue, étant enfant, quand j’avais vu un autre enfant se vanter d’avoir apprivoisé un merle qu’il tenait sur son doigt, alors qu’il lui avait crevé les deux yeux. C’est depuis ce moment que je sais que l’homme peut être insensible et capable de toutes les atrocités.

J’ai tout de suite pris des ciseaux et coupé toutes les plumes qui gênaient leur vison et elles ont retrouvé un comportement normal. Depuis le coq n’arrête plus de chanter.

Non, on peut se faire plaisir, mais il ne faut pas que cela influe sur le bien-être d’autrui.

En tant qu’éleveur, je pense qu’il est bien d’améliorer le type des animaux que l’on utilise, pour son plaisir ou pour se nourrir, mais il ne faut pas en faire des monstres qui souffrent de handicaps toute leur vie et n’ont plus de bien-être.

Restons vigilants, sensibles et responsables.

Yves ABATE

EXPOSITION BRIE-COMTE-ROBERT – 7 et 8 novembre 2020

Nous faisons tout pour que notre exposition puisse se tenir comme chaque année dans les meilleures conditions possibles malgré l’obstacle majeur de la pandémie.

Des incertitudes planent encore et planeront jusqu’au dernier moment. C’est pourquoi les documents que vous attendez tous avec impatience vous sont adressés plus tardivement que les années précédentes. Il vous suffit de cliquer sur les liens ci-dessous pour les obtenir. Vous disposez de peu de temps pour les retourner au Président Gilles Guillet. Notez bien la date limite :

10 octobre 2020.

Au cas où, après que vous ayez réglé vos droits d’inscription, l’exposition devrait être annulée bien indépendamment de notre volonté, les chèques que vous auriez émis à l’ordre de la SABG seraient détruits par nos soins et non renvoyés à leurs émetteurs. Cette mesure a été prise par le Conseil d’Administration en sa réunion du 8 août dernier afin de ne pas engager de frais postaux de retour.

Prenez vite connaissance des documents qui suivent et souhaitons nous mutuellement bonne chance !

1 – Règlement : 2 pages 2 – Demande d’inscription : 1 page 3 – Tableau des animaux engagés : 1 page

DES NOUVELLES DES EXPOSITIONS

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle certaines expositions sont annulées. Nous apprenons que c’est malheureusement le cas de Saint-Omer (62), Saint-Calais (72), Poitiers (86).

En revanche l’exposition de Souillac (31 octobre et 1 novembre) est maintenue. Clôture des inscriptions : 30 septembre. C’est bientôt ! Cliquez sur les liens ci-dessous pour vous procurer les documents si vous souhaitez y participer.

PARTENARIAT SABG/ELEVAGE DU DIAMANT

Voici tout juste un an j’ai publié l’avis ci-dessous concernant un contrat de partenariat conclu entre la SABG et l’Elevage du Diamant de Jérémy Morin. Aux termes de ce contrat les adhérents à jour de leur cotisation peuvent bénéficier d’avantages dans la fourniture des produits VERSELE-LAGA proposés par Jérémy MORIN. Il semble qu’au cours de cette année très peu d’éleveurs aient répondu à cette offre.

N’hésitez pas à joindre Jérémy pour en savoir plus. La marque VERSELE-LAGA a fait ses preuves. Et pourquoi ne pas encourager un jeune éleveur co-adhérent de notre société en répondant à sa proposition ?

Guy

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image.png

CHEZ JEREMY ET JULIE MORIN, jeunes éleveurs expérimentés.

Depuis longtemps la famille MORIN s’est illustrée dans l’élevage avicole et est connue dans les rangs de la SABG. A la lecture de l’article qui suit vous vous rendrez compte de l’immense tâche à laquelle Jérémy et Julie se sont attelés. Guy